les Chroniques de la Ruche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - anniversaire

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, mars 15 2009

Joyeux anniversaire ma petite fée cacahuète!


Un an déjà!... Pfiou... Je le savais pourtant que ca défilait à vitesse V... Mais, il n'y a rien à faire, on a toujours l'impression que ca passe trop vite, de ne pas avoir le temps de profiter à fond de nos bébés avant qu'ils ne deviennent de grands casse bonbons charmants enfants... (sic).
Notre petite pépette s'affirme, commence à vouloir s'émanciper et prend même le dessus lors d'échanges houleux avec son grand frère. Bientôt la visite des 12 mois... Ouaip... Mon bébé fille... Vas tu, toi aussi, céder ta place à une petite gonzesse fan de Barbie, Dora, de rose bonbon et tout le tralala?... La réponse l'année prochaine!

3362577314_871848c428_o.jpg
3361776261_fbc1b6b47d_o.jpg


Avec sa copine Emma:

3362621772_ececc0870f_o.jpg
3362630364_f7dfe1b578_o.jpg
3361820161_0ca4741d29_o.jpg


Et un grand merci à Kilian, notre chef pâtissier, pour les bons gâteaux qu'il a préparé pour sa petite soeur! :)

3362643668_be64bd57af_o.jpg
3362649404_ed9029c296_o.jpg


Et enfin, un grand merci à tous ceux qui ont eu une pensée, un petit mot pour notre cacahuète en ce jour! :)

lundi, août 18 2008

Joyeuniversaire

J'ai récemment soufflé mes 32 bougies. La pente vers la quarantaine s'accentue. Gloups.
Ce beau matin là, en rentrant du boulot, je fus accueilli par mon Loulou tout chantant:



Merci mon crapaud! ^_^

dimanche, mars 26 2006

Joyeux anniversaire Kilou !!!

gateau anniversaire

Cette journée m'aura vraiment ému jusqu'au bout! Elle fut fatigante à préparer et à gérer mais j'en garderais un excellent souvenir. Nous étions une quinzaine dans notre petit appartement alors ce fut assez compliqué mais Kilian a été un amour.

Pour commencer, voici quelques photos de la journée en question:








Désolé, je n'arrive pas à faire le tri LOL

Il y a un an et un jour, soit le jeudi 25 mars 2005...
Amandine a rendez vous en fin de matinée pour son avant dernier cours d'accouchement sans douleur. Je l'y amène puis repars à la maison pour continuer les travaux dans la future chambre Kilian. Le timing est short, je suis à la bourre, travaille seul et le bricolage n'est pas mon fort. Je me dis qu'il me reste encore environ deux semaines avant la dpa alors je booste, mais je stresse.
Il est l'heure d'aller rechercher Amandine. Au retour, dans la voiture, nous projettons d'aller à Ikéa acheter des rideaux pour la chambre de Kilou après la dernière visite chez le gygy à la clinique.
Dernière visite...
C'est ici que tout bascule...

Le gynéco ausculte et son bilan est sans appel : forte hausse de tension. Risques pour le bébé donc on déclenche l'accouchement. Hein? Gné? Comment????... Mais la chambre n'est pas finie!!!

C'était pas prévu comme ca dans le contrat!! LOL
Amandine me lance un regard plein d'inquiétudes. Je ne fais pas le malin, je fais en sorte de la jouer cool mais je flippe terriblement. On nous laisse rentrer à la maison le temps de manger un truc et de prendre le sac pour la maternité.

J'ai une attitude qui me surprend moi même, la paternité en devenir donne des ailes, j'ai un sang froid en béton armé. Je suis super papa, même pas peur! En tout cas je fais comme si histoire de rassurer ma petite femme qui est morte de trouille et qui est décue que ca se passe ainsi. En plus, elle va devoir passer la nuit seule à l'hosto.
J'embrasse Amandine et quitte l'hopital à la fois dépité, excité à l'idée de me dire que je vais bientôt enfin voir mon fils en chair et en os, fatigué et angoissé à l'idée que quelquechose se passe mal.
Je rentre et tente de trouver le sommeil. Impossible, trop d'idées qui se bousculent. Je me lève et vais continuer la chambre jusque tard dans la nuit.
Le lendemain, je me lève, mon cerveau a du me conditionner durant mon sommeil car je suis prêt à abattre des montagnes. Allers et retours entre la maison et l'hosto pour voir Amandine et continuer la chambre. Ma mère vient à la maison me filer un petit coup de main pour les travaux. Un message sur mon portable :"viens vite stp".
Mon coeur bat la chamade, je fonce à la voiture. J'ai peur de louper l'arrivée du petit, je roule vite, trop vite, mais ne tue personne sur mon chemin ;)
Parking de l'hosto blindé, je me gare à la va vite et me précipite dans le batiment. Je fonce jusqu'à la chambre. Sa voisine de chambrée m'annonce qu'Amandine vient de partir en salle de travail. Oh, bordel, vite!!!!
Je fonce dans l'autre sens, passe le sas et enfile ma tenue de scaphandrier. Là, calme plat. Je m'attendais à une effervescence comme dans la série urgences mais non, tout va bien. Enfin presque. J'entend soudain Amandine qui hurle dans une pièce. _"Je perd les eaux!!! Y a quelqu'un?!!! Vite!!!!" Elle attendait seule quand je l'ai rejointe. Quelques secondes plus tard, branlebas de combat. L'équipe arrive. Ensuite tout est allé trop vite, c'est encore confus dans ma tête. Un cataclysme d'émotions plus fortes les unes que les autres, l'arrivée de MON FILS. Les larmes de joies. Je pleurais tellement que les sages femmes ont cru que j'étais mal et que j'allais tomber dans les pommes LOL

Mais il y avait de quoi pleurer :

Sans l'ombre d'un doute : le plus beau jour de mon existence jusqu'à présent.
JE T'AIME MON FILS!!!!!

dimanche, septembre 4 2005

Un an et quelques pensées...

Aujourd'hui, Les Chroniques De La Ruche fête sa première année d'existence.
Souvenez vous, il y a un an pile, de mon premier post.
Ca fait tout drôle de relire ces premiers jets avec du recul et surtout avec Kilian parmis nous.

Alors que l'ambiance devrait être festive, j'avoue qu'elle est plutôt morose. Sans doute est ce dû à une conversation que j'ai eu ce matin avec Marc, un collègue de boulot. Nous avons discuté du sentiment de culpabilité qu'engendre la naissance de votre propre enfant. La culpabilité de donner la vie en ces temps incertains, voire terrifiants. Je me souviens m'être fait la réflexion alors qu'Amandine était enceinte d'un ou deux mois...
C'est vrai que si l'on prête une trop grande attention à l'actualité planétaire il y a de quoi avoir la gorge serrée. La misère, le chômage, les guerres guidées par l'appat du gain, les morts aux noms Dieux qui doivent regarder ces scènes de barbarie d'un oeil bien attristé, la planète qu'à force de négliger commence à montrer des signes de fatigue et d'agacement... Les signes ne laissent rien présager de très positif pour l'avenir. Je vois déjà Kilian, à peine adolescent, nous balancer plus tard qu'il n'avait pas demandé à venir au monde, et il aura raison...
Ce sentiment de culpabilité m'amène à dire que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que Kilian ne patisse jamais, de mon vivant, de la connerie des Hommes.

Pour relever un peu tout ca, et garder en tête que la vie est sensée être une fête (Life Can Be So Nice, chantait Prince en 1985), j'ai ajouté quelques photos dans la Galerie.

Tout le bonheur du monde

Chanson : Sinsemilia - Tout le bonheur du monde
Paroles : Mike et numéro 9
Musique : Sinsemilia et numéro 9
Album : Debout les yeux ouverts
Maison de production : Epic

{Refrain:}
On vous souhaite tout le bonheur du monde
Et que quelqu'un vous tende la main
Que votre chemin évite les bombes
Qu'il mène vers de calmes jardins.

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Pour aujourd'hui comme pour demain
Que votre soleil éclaircisse l'ombre
Qu'il brille d'amour au quotidien.
Puisque l'avenir vous appartient
Puisqu'on ne contrôle pas votre destin
Que votre envol est pour demain
Comme tout ce qu'on a à vous offrir
Ne saurait toujours vous suffire
Dans cette liberté à venir
Puisque on ne sera pas toujours là
Comme on le fut aux premiers pas.

{au Refrain}

Toute une vie s'offre devant vous
Tant de rêves à vivre jusqu'au bout
Sûrement plein de joie au rendez-vous
Libre de faire vos propres choix
De choisir qu'elle sera votre voie
Et où celle-ci vous emmènera
J'espère juste que vous prendrez le temps
De profiter de chaque instant.

{au Refrain}

Je ne sais pas quel monde on vous laissera
On fait de notre mieux, seulement parfois,
J'ose espérer que cela suffira
Pas à sauver votre insouciance
Mais à apaiser notre conscience
Aurai-je le droit de vous faire confiance...

{au Refrain}